Le codéveloppement professionnel

Le codéveloppement professionnel (parfois appelé codev), situé entre le coaching et la formation, favorise la transmission des connaissances entre les participants en s’appuyant sur les capacités et les compétences de chacun.
De façon indirecte mais significative, le codéveloppement contribue à favoriser l’esprit d’équipe, la générosité, la solidarité et l’entre-aide en entreprise ou entre pairs.

Le codéveloppement est un espace privilégié pour expérimenter la dynamique de groupe, l’intelligence collective et de l’intelligence émotionnelle. En effet, le processus et le cadrage initial du processus de codéveloppement favorise l’empathie, l’écoute active, la bienveillance, le non jugement, l’ouverture à la différence, la curiosité etc.

Durant la séance, en plus d’un partage d’informations et de connaissances, les interactions génèrent un grand nombre d’émotions gratifiantes comme la gratitude, la reconnaissance, le plaisir de donner et recevoir, le soutien et le plaisir de vivre une qualité d’écoute optimale. Parce qu’il met en pratique la confiance, l’empathie, l’engagement et l’altruisme entre les personnes, il favorise le bien-être Eudémonique. On peut aisément dire que le codéveloppement professionnel est en prise directe avec les bonnes pratiques de la psychologie positive.

Quels sont les bénéfices pour l'entreprise ?

En dehors des bénéfices pré-cités préalablement, le codéveloppement tend à instituer de façon naturelle l'interdépendance des membres et un esprit de groupe œuvrant autour d'une même problématique.

Le processus, qui supprime tout débat, permet d'objectiver, d'être plus efficace, d'accélérer la résolution de problème, de développer l'art de communiquer, en confiance, sans opposition et de façon harmonieuse. 

Enfin, le codéveloppement est un atelier de communication idéal pour briser l'isolement de certaines fonctions dans l'entreprise ou inter-entreprises (dirigeants, gérants...) et profiter des expériences et du vécu de chacun.

Questions pratiques

La première étape est de choisir un groupe de participants (entre 4 et 8) ayant des situations professionnelles, des expertises ou des préoccupations relativement similaires (par exemple : groupe de managers, groupe d'experts, groupe de dirigeants...). Pour que la synergie du groupe soit optimale, les participants doivent être volontaires et motivés sur leur désir de s'améliorer. Le climat de confiance et de confidentialité doit être respecté pendant et en dehors des séances. Il est important d'engager la responsabilité de chacun sur la confidentialité des échanges. La deuxième étape est de programmer entre 4 et 8 séances qui peuvent être planifiées sur une courte période sur 1 à 2 jours ou étalées sur quelques semaines, par exemple 1 séance toutes les semaines à heure et jour définis. Il est important de souligner que l'animateur a un rôle clé. Sa posture de coach ou facilitateur est un facteur de la réussite du programme. Il encourage les échanges, veille au respect du processus et au climat de confiance.
Partons du postulat que le groupe est constitué de 8 personnes. Chaque personne propose une problématique ou une préoccupation qui lui est spécifique. Un consensus général se porte sur un premier sujet et le porteur de ce sujet devient le client. Les 7 autres participants deviennent les consultants le temps de la séance (une séance dure entre 2h et 3h). Lors de l'intégralité du programme, les 8 participants seront clients à tour de rôle.
Un processus en six étapes bien définies :
1. Le client expose sa problématique ou sa préoccupation.
2. Étape de clarification : les consultants posent des questions afin d'enrichir les informations à leur disposition autour de la problématique client.
3. Le client pose en une phrase claire le contrat de consultation (une question, un objectif...)
4. Les consultants émettent des réactions, suggestions, commentaires, solutions pratiques...
5. Le client prend le temps de faire une synthèse et soumet un plan d'action.
6. Dernière étape, la conclusion : tour de table et feed-back des apprentissages, des ressentis, des étonnements de chacun des participants.
Ma pratique respecte le code de l'association québécoise du codéveloppement professionnel AQCP, à l'origine du processus de codéveloppement (Champagne et Payette), ainsi que le code de déontologie de l'association française AFCODEV.